Lettre à Freddy Buache, 1981

Betacam SP, PAL, couleur, son



Cette lettre adressée à Freddy Buache a été réalisée à l'occasion du cinquième centenaire de la ville de Lausanne, ville même où Freddy Buache dirige la cinémathèque qui possède un grand nombre de films de Godard. C'est dans le cadre de cette intimité, de ce regard commun porté sur un cinéma en perte de vitesse (il y a urgence, dit-il, le cinéma va mourir bientôt) que Godard part en quête de son sujet, d'une vérité sur la ville, sur l'image.
A la recherche d'un centre, entre l'eau et le ciel, qui définirait la spécificité de Lausanne, traquant un mouvement qui ferait le lien entre ces points d'ancrage, entre ces extrêmes ("Lausanne, c'est trois plans : un plan vert, un plan bleu, et comment ça passe du vert au bleu"), il s'autorise au passage quelques approximations, ébauches, esquisses tremblées dans la contemplation d'un paysage, d'un visage pris au ralenti, dans le bruissement ténu des feuillages trempés de lumière, dans les humeurs dormantes de l'eau, le mouvement somnanbulique de la foule.
Il s'autorise quelques détours par la peinture (l'écriture impressionniste) puis le documentaire, pour mieux revenir au centre, pour trouver dans le mouvement de la foule le départ de la fiction, rêver un film-parcours idéal qui irait de Robert Flaherty à Ernst Lubitsch, à qui cette lettre est dédiée.


Stéphanie Moisdon